Accueil > Le parc > Le périmètre du parc
Le périmètre du parc Imprimer Envoyer



Vue aérienne de Cerbère © Renaud Dupuy de la Grandrive / Chasseur sous-marin © Mathieu Foulquie / Etoile de mer © Nicolas Dalias /
Filets de pêche © Emmanuelle Rivas / Méduse Rhizostome © Mathieu Foulquie



Le parc couvre 4019 km2 d'espace marin pour environ 100 km de côtes.
Le périmètre s’étend de Leucate, au Nord, aux limites des eaux sous souveraineté française au sud.
Au large, il comprend les trois canyons sous-marins Lacaze-Duthiers, Pruvot et Bourcart.

Ce périmètre tient compte des données scientifiques, des réalités socio-économiques, des contraintes de gestion et de la contribution des acteurs locaux lors de la construction du projet de parc.

Le périmètre du parc permet de répondre à deux ambitions :
•   la cohérence écologique : il intègre l'ensemble des habitats naturels de Méditerranée, écosystèmes interdépendants, et propose une gestion appropriée de ces richesses naturelles ;
•   l'identité socio-économique : il correspond à un bassin d'activités professionnelles (pêche, transport maritime, etc.) et de loisirs (plongée, plaisance, pêche, etc.).

Voir la carte du périmètre du parc




Zoom sur les canyons sous-marins


En 2008, l’Agence des aires marines protégées a lancé une vaste campagne scientifique d’exploration des canyons de Méditerranée qui a permis :
•   d’obtenir un état de référence des écosystèmes de ces vallées sous-marines
•   de confirmer les arguments scientifiques qui plaidaient pour leur prise en compte dans le périmètre du parc naturel marin

Situés à plus de 20 km de la côte, les trois canyons sous-marins (Lacaze-Duthiers, Pruvot et Bourcart) compris dans le périmètre du parc ont été explorés entre 200 et 500 m de profondeur.
Les résultats obtenus localement ont confirmé le caractère exceptionnel et l’intérêt de ces canyons en termes de patrimoine et de ressources naturels.

Grâce aux plongées effectuées en sous-marin et engin télécommandé (ROV), le canyon Lacaze Duthiers apparaît comme le plus exceptionnel par la richesse et la diversité de ses habitats et de sa faune.
Des coraux profonds d’eaux froides (Madrepora oculata, Lophelia pertusa, Desmophyllum cristagalli, Dendrophyllia cornigera) ont été identifiés. Ces coraux, rares, sont protégés par des conventions internationales.
35 espèces remarquables ou menacées ont été recensées au total, tant en surface (oiseaux, mammifères marins) qu’en profondeur, dont par exemple un requin Centrine.
11 espèces commerciales de poissons et de crustacés ont été observées.

Les canyons sont le refuge de beaucoup d’espèces qui y trouvent nourriture, abri et conditions propices pour se reproduire et se développer. Cette richesse du milieu est attestée par la présence simultanée des prédateurs supérieurs que sont les oiseaux et les mammifères marins.
Ils constituent de véritables oasis de vie pouvant contribuer de manière déterminante au bon fonctionnement des écosystèmes des zones côtières et du plateau continental adjacents (biodiversité, abondance…).

Les traces des activités humaines ont été observées : de nombreuses palangres ainsi que des déchets de toute nature (plastiques, ferrailles, débris de chalut, …) s’accumulent. Ces déchets n’étaient pas visibles dans les années 60. Les canyons sont fragiles et sont affectés par les activités humaines telles que la pollution et certaines formes de pêche.

Voir les photos de la campagne d'exploration des canyons du Parc naturel marin du golfe du Lion